© 2015 Le site des Amis de l'Abbaye et du Patrimoine de Tourtoirac  a été réalisé avec Wix.com

  • Facebook Clean
  • Google+ Clean
  • Flickr Clean
Les Amis de l'Abbaye et du Patrimoine de Tourtoirac
Chez Mady Chabrier, le Bourg - 24390 - Tourtoirac
Association Loi 1901

Préserver le Patrimoine

 

L’église et certaines parties de l’ensemble abbatial sont, selon les termes même des architectes des bâtiments de France, en état d’urgence sanitaire. Toujours selon cette administration, l’église de Tourtoirac « présente l’un des états sanitaires les plus préoccupants parmi les édifices classés du département ».

Si des travaux de restauration ne sont pas entrepris rapidement, le risque est de voir notre église fermée.

 

Un bref aperçu de la situation patrimoniale

 

Le domaine public sous la responsabilité de la commune a fait l’objet d’une première inscription au titre des bâtiments historiques dès 1939, classement étendu à plusieurs reprises en 1960 et 2012 à l’ensemble du domaine abbatial.

 

  • L’église d’architecture romane, à double clochers, de plan tréflé dont le choeur et le transept étaient décorés de peintures murales; Ce transept (actuelle sacristie) est la partie la plus belle au plan architectural de l’église et celle qui nécessitera le plus d’attention et de savoir-faire des experts en restauration. Malgré la réfection des absidioles, les infiltrations mettent en danger les éventuelles fresques subsistant sous les enduits pouvant avoir résisté à l’humidité des murs. Par ailleurs, il est visible à l’oeil nu que la structure des 2 clochers ( en particulier le clocher ouest) et les toitures sont à consolider.

 

  • La chapelle prieurale, de pur style roman de fin 12ème s / début 13ième, avec une voûte recellant des vases de résonance. La toiture en pierre de lauze a été refaite il y a quelques années mais elle nécessite un entretien urgent tant la végétation a repoussé sur cette toiture.

 

  • Les restes d’une salle capitulaire appartenant au cloître disparu, constitués d’une porte sous un arc brisé encadré de trois autres arcs brisés reposant sur des colonnettes jumelées à fûts monolithes et à chapiteaux sculptés. L’accès à ces chapiteaux pourrait être amélioré une fois remonté le mur de séparation entre l'abbaye propriété privée et le bâtiment du presbytère .

 

  • Le fournil, remontant au 17ième siècle, avec un four en état de fonctionnement.

 

  • Les remparts qui entouraient complètement l’abbaye et dont un morceau important est conservé à l’est avec un escalier encastré donnant accès au chemin de ronde établi sur le rempart lequel se poursuit jusqu’au croisillon sud de l’église.

 

Un Patrimoine classé.

 

Les églises construites avant 1905 ont été nationalisées à cette date et relèvent actuellement des communes qui en sont propriétaires, qu'elles soient affectées au culte ou non.

Les communes sont donc tenues de les entretenir tout au moins pour les grosses réparations. En ce qui concerne l'église de Tourtoirac, cette exigence d'entretien est renforcée par le fait qu'il s'agit d'un monument historique classé.

 

Ce classement s'est fait en 3 étapes :

 

  • l'église abbatiale a été inscrite à l'inventaire supplémentaire le 20 novembre 1939

  • puis classée monument historique le 18 mars 1960, en particulier les croisillons, les chapiteaux et les décors peints du transept (actuelle sacristie)

  • le logis abbatial (propriété privée des De Chivré) et les murs d'enceinte ont été inscrits à l'inventaire supplémentaire le 24 octobre 1960.

 

Enfin le 20 novembre 2012, un arrêté du Préfet de la Région Aquitaine portait extension du périmètre de protection autour de l’ensemble abbatial de sorte que c’est tout le périmètre de l’abbaye et de l'église, du CD5 jusqu'aux bords de rivière (en incluant la maison Raffaillac) qui est protégé et soumis à autorisation préalable pour tous travaux.

 

Ci-dessous l'arrêté du Préfet mentionne les raisons de cette inscription au registre des bâtiments historiques :

 

«  L'abbaye de Tourtoirac présente un intérêt d'histoire et d'art suffisant pour en rendre désirable la conservation en raison de la grande qualité de son architecture médiévale et de l'existence d'une grande partie de son mur d'enceinte ainsi que d'un fort potentiel de découvertes archéologiques ».