© 2015 Le site des Amis de l'Abbaye et du Patrimoine de Tourtoirac  a été réalisé avec Wix.com

  • Facebook Clean
  • Google+ Clean
  • Flickr Clean
Les Amis de l'Abbaye et du Patrimoine de Tourtoirac
Chez Mady Chabrier, le Bourg - 24390 - Tourtoirac
Association Loi 1901

Croix

 

Les croix ponctuent l'espace, les carrefours, ces croisées de chemins où une pause de réflexion et de recueillement sacré sont nécessaires avant le choix d'une orientation nouvelle. Dans nos campagnes, elles rappelaient la présence (et surveillance, car la « sanction » n’était jamais très loin) de Dieu à tout moment. A la tombée de la nuit, le passant se signait souvent à leur approche. Les croix sont aussi un repère temporel. Elles sont édifiées en commémoration d'événements liturgiques, rythmant la vie d'une communauté, les missions pastorales, les jubilés, rituels épisodiques d'indulgence plénière accordée par le pape lors d'une année sainte.

Les croix peuvent donc être des croix de chemins, mais aussi des croix de processions. Ces dernières, édifiées à des endroits « stratégiques », ont pour vocation d'être le point de départ ou d'arrivée d'une procession religieuse destinée, par exemple, à prier un saint de bien pouvoir améliorer les conditions météorologiques etc.

 

Les matériaux

 

Les croix chrétiennes peuvent être construites en différents matériaux, chacun ayant son rôle et sa signification. Les cinq principaux matériaux utilisés sont : la pierre, le béton, le fer, la fonte et le bois.

 

La pierre, matériau pérenne par excellence, est utilisé pour réaliser des croix qui sont faites pour durer. Elle représente l'intemporalité de la foi, et elle permet la sculpture d'éléments hiératiques qui en complètent le sens. La pierre est un matériau d’une utilisation très ancienne, d’une mise en œuvre relativement facile. Elle ne demande pas d’entretien, est bien connue des artisans et considérée comme noble.

 

Le béton est moins durable en raison du fer qu’il contient le plus souvent et dont l’oxydation provoque l’éclatement, est un matériau caractérisant les croix du XXème siècle. Il est « moderne », d’une mise en œuvre aisée, plus durable que le bois mais moins noble que les autres matériaux. Les croix en bétons sont souvent construites sur des fondations plus anciennes.

 

Le fer est utilisé pour la création ou la restauration de calvaires, et a surtout été utilisé à partir du XIXème siècle. Le métal permet une graduation de la finesse d'exécution, selon qu'il fait appel à des profilés, à des cornières, ou à des fers plats de sections variables, travaillés à la forge en volutes assemblées, pouvant former de véritables dentelles. A l’extérieur, il est recommandé de l’entretenir. Au XIXème siècle, la fonte a été aussi souvent utilisée, elle permettait une fabrication en série. Sa mise en œuvre relevait d’entreprises spécialisées.

 

Le bois a été utilisé pour la création de croix se référent de manière très forte à l'instrument de calvaire utilisé lors de la Passion du Christ, qui lui aussi était en bois. Cependant, exposées aux éléments, la longévité des croix en bois est limitée en l’absence d’entretien.

 

En parcourant petites routes et chemins de randonnées de Tourtoirac, on rencontre une demi douzaine de croix. Voici les plus connues:

La croix de Sainte Trie.

Sainte Trie à aussi donné son nom à une commune distante d'une douzaine de kilomètres de Tourtoirac. Dans la commune de Sainte Trie, on trouve les vestiges de l'abbaye du Dalon (XII eme siècle).

C'est une croix de procession, servant à marquer le point de départ ou d'arrivée d'une procession chrétienne.

Métal, 2m50 + piédestal.

La croix du Portail

XX eme siècle. En mauvais état.

C'est aussi une croix de procession.

Bois peint, 1m70 + piédestal.

La croix du Chambon

Offerte à la commune au 19 eme siècle. En calcaire, 35 cm, sur élément maçonné de 1m50. Présence d'une niche peut-être destinée à accueillir une statuette.

La croix de Rozier

Croix de procession, entretenue.

Fonte, 40 cm, sur piédestal de deux blocs de calcaire, hauteur totale 1m90.